• Poupée de vie...

    Alors j’ai décousu mes vers pour y tisser ta peau,
    Volant aux douceurs des aiguilles l’avenir d’un tissu ;
    Et le velours s’est fait capeline aux dos bossus,
    Et le marbre s’est fait chaleur aux peaux des inconnus,
    Et le batik s’est fait Ulysse pour y nommer un roi,
    Laissant place à tes lèvres reines, plongées dans mon cabas.

    Alors j’ai décousu mes vers pour y tisser ta peau ;
    D’accrocs et de bourres façonnant ces formes charnelles,
    J’assassine les fibules de cette provocante flanelle.
    Et c’est de chiffe en étole que j’ai paré ton pommeau,
    Et ces fripes, et ces bures, et ces ganses, fardeau,
    Je piégerai de mes fuseaux l’espoir ornant ton frac.

    Alors j’ai décousu mes vers pour y tisser ta peau ;
    Alors j’ai décousu ma vie…
    Pour perdre en tes yeux mes idéaux.




  • Commentaires

    1
    Malia
    Mardi 18 Août 2009 à 09:31
    A part le fait que l'on parle tous les deux d'une poup?dans nos po?s respectifs, je ne vois pas pourquoi ma complainte d'une marionnette t'a fait penser ?et ?it, que je trouve par ailleurs tr?bien ?it.
    Sourire
    http://desplumesetmoname.blogspot.com
    2
    Malia
    Mardi 18 Août 2009 à 09:32
    J'ai oubli?e laisser mon adresse pour ceux qui auraient envie de me lire et de commenter mes ?its... Sourire e fais comme toi cher Archange...
    http://desplumesetmoname.blogspot.com
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :