• Carnet deux bords...

     

    Carnet deux bords…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Année 2036, Strasbourg, dans une petite ruelle du coin des artisans.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les peintres sont des illuminés assombris, manque d’envie ou d’espoir, qui sait, ils sombrent les uns après les autres dans la folie…

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Elle est vraiment magnifique

    Je la déteste…<o:p></o:p>

    Quelle beauté !

    Je la hais !<o:p></o:p>

    Splendide mon amour, et tes joues sont si roses.

    Elle tire grise mine, maladif, elle vire au pâle…

    Cherche-en une autre !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Ha… ! La voilà !

    Qu’elle est belle ! Et grosse…

    Quel délice ! Tant que tu ne la dévore que des yeux.

    Je me ferai guerrier pour lui péter les plombs, un coup par-ci et un par-là, et hop ! Je lui dessinerai le rêve et des cochons ! Et Un visage peut-être… elle ne ressemble à rien !

    Oui, pleins de cochon ! Oui, oui, et bien que Mal-armé, Stéphane eu le courage de dire ces quelques mots : dessine-moi un mouton !

    A point, Cuite, rose, elle est peut-être un peu trop prude ?

    Tu sais, Francine, j’ai pu en voir des femmes au cours de ma vie, mais tu es de loin la plus belle ! Oui, mais juste de loin.<o:p></o:p>

    C’est le coup de foudre sur le fruit défendu, enfin, la cerise sur le gâteau,  gâteries !

    Je t’aurai voulu moins plate, peut-être un peu plus… hum, farcis ?

    Enfin, trêve de bardage, j’arrête de te dévisager, tu es déjà assez timide comme ça.

    C’est si beau ! Si seulement je pouvais te chanter ces comptines, ces paroles, ces … !

    Non je t’en supplie… bon ok, d’ailleurs, je vous l’accorde,  Victor Hugo était un grand chanteur. Après ça tu viens te dire artiste ?<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Oui, je suis un peintre plutôt cool, fun, tectonik et tralala, enfin il y a un début à tout. Ici, du moins dans cette ville, tout le monde m’appelle Ichvitss Artaknotovinal Botnov, ce nom vient de mon père, artiste lui aussi, ce n’est pas trop évident à prononcer, je vous l’accorde mais c’est plaisant de voir la langue des ambitieux faires des cliques et des claques, enfin, on s’en fout.

    Bon pour dire vrai, on me connait surtout par mes exploits gourmands, premier au concours  de « Voraces en-cochons ! » et premier à avoir mangé sa femme jusqu’au dernier cheveu, elle se plaignait trop, vous savez, les femmes… dis-moi je t’aime, je suis belle ? Rhaaaa mes cheveux, Fiou Je suis touffue.

    Mais, elle me manque, elle était du genre invisible, mais agréable pour sûr, inconnue mais en disait si long sur elle et sur nos ébats centenaires. Elle se nommait PXJ67P3X52, très charmante, elle vivait dans une réserve jusqu’à ce qu’un riche homme vienne l’emporter sous mes vieux traits cyniques.

    Tout ça pour dire que, j’en ai vu des roses et des bien murées, des suspendus, des chiffonnée et des affreuses… essentiellement.

    Je me moque mais, si l’on me regarde bien je tombe en lambeau et c’est craquant !

    Je me plisse encore âge après âge, les rides on leurs valeurs paraît-il ?

    De toute manière, je suis si beau, les femmes sous leurs vieux haut ont toujours su tomber, succomber, pardonnez-moi mais… disons tout simplement qu’avoir des bourses de valeurs, c’est être modeste sur les bords, que voulez-vous, elles se raccrochent à ce qu’elles peuvent ! D’ailleurs, je me sens vraiment célèbre, je vous promets, j’ai mon nom en bas de ma feuille et quand j’annonce mes augmentations tout le monde me répond :

    Bien sincèrement, je vous en prie, Cordialement, aller vous faire voir, Hijo de Pu**, Fuck ! Ça c’est du mondial.

    J’ai sûrement trop voyagé. Le soleil n’est plus ici, mais je ne cesse d’en voir quelques rayons. Surtout le 253 à côté des sous-vêtements féminins, hum !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Qu’importe je suis heureux, croyez-moi… Francine est une caissière magnifique après tout…

    <o:p> </o:p>

    « Ichvitss Artaknotovinal Botnov, 1896, tableau, décoration d’intérieur, prix Neto, 12 euros seulement !»,

    <o:p> </o:p>

    On ne s’improvise pas tableau raté…

     

     

     



  • Commentaires

    1
    viveracine
    Vendredi 14 Août 2009 à 18:24
    ha ha ha j'ai vraiment aim?comme tu t'en doute. Et pui cette chute... XDD

    Tu as un talent certain, et une tr?grande imagination. F?citations pour cette prose.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :