• Aux rides de vos âges...

    A ma mère :

    Et si l’on voit la vie tomber
    Comme un vieux drap tâché,
    J’arracherai les cloques d’or
    Qui parent le crépuscule
    Et la sagesse de tes rides
    Bercent ma naïveté,
    Vieille femme le temps passe,
    Craquant tes côtes d’humbles récits,
    Et sous tes mains,
    Comme agrafées du ciel,
    Les âges te tiennent encore,
    Et ton corps s’est cambré
    Pour morceler l’aurore.

    A mon père :


    « Les cieux se craquent à faire voguer leurs nus-âges et ce vieil homme croit en la vie comme un train qu’il n’espère jamais voir s’arrêter… »

     

     

     

     



  • Commentaires

    1
    angelheart
    Samedi 19 Septembre 2009 à 21:09
    Toujours ébloui, toujours par tes mots .
    Un réel plaisir de te lire, nectar!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :