•  
     

    Il fut un temps ... l'ailleurs, Damien Corbet

     

    Il fut un temps ... l'ailleurs, Damien Corbet
     
     

    Alors il y a quelque chose qui m’a intriguée dès les premières pages du livre, c’est l’âge de l’auteur. Né en 1991, est-il indiqué en quatrième de couverture, soit à peine 20 ans et cette écriture pourtant dénonce un vécu de plusieurs vies déjà, quelque chose qui tiendrait du juif errant imbibé de beatnik ! Etrange recueil oui, qui nous entraîne en divers lieux dans un défilé chronologique, d’abord comme à travers le prisme d’anciens clichés que l’auteur aurait retrouvés dans une vieille malle voyageuse ou quelques tableaux dénichés chez un antiquaire… Cela commence à « Rio de Gens’héros », le 1er janvier 1750 :

     

    Sur les tambours pulpeux du visage des hommes, les femmes lançaient l’envie d’un mouvement de bassin. Il y avait des jeunes à qui l’on conte l’amour comme le plus beau des sacres, qui couraient dans les rues, le cœur au bout d’une canne à pêche.

    Puis Saint-Pétersbourg en 1763 :

    Il est 16 heures et le ciel tombe déjà. On oubliait les places les jours de pendaison, on oubliait les virtuoses funambules, un cheveu sur la langue, et l’on laissait la scène aux astres, se pendant aux cordes d’un tableau sinistre ; le soir est un spectacle.

     

    Et Belle-Ile où le 27 mai 1823, « Sur le quai, lorsque le vent soufflait et chantait, coincé aux creux des pierres, il y avait une femme qui courait après son châle et son châle après le vent ».

     

    Au gré de la lecture, nous remontons donc le temps, de port en fête, de guerre en défaite, et attrapons le tournis du vent et de la valse, d’images en images nous tournoyons, un peu hagards, traversés de foudres poétiques d’une maturité évidente.

     

     

    Les murs crachent le jour comme un appel à l’aide puis s’étouffent au clair de lune. Les hommes s’étendent, certains pendus, valsant aux mélodies du vent, et d’autres s’arment de cordes pour faire tomber le ciel.

     

     

    Après Singapour 1892, Minnesota 1905, le Paris occupé de 1944 et d’autres lieux encore, nous retrouvons presque avec soulagement le quai du présent où nous pourrons, pensons-nous, rencontrer enfin cet auteur prodige qui déjà nous disait, le 14 décembre 1999, « Bienvenue dans ma chambre».

     

    Mais non ! Ne voilà t-il pas que le temps nous dépasse, et sans reprendre souffle, 2010, 2045, 2096 et puis à nouveau Singapour, 1992, Ephèse 1956, Marrakech 1820, avec la sensation de courir après l’auteur qui lui-même erre, navigue, valse contre le sein des femmes, « femmes des rues, femmes du monde » qui ne sont peut-être qu’une seule et même…

     

    Se retrouver face à une femme, c’est être retenu en éveil par une énigme.

     

    La suite sur : http://www.lacauselitteraire.fr/il-fut-un-temps-l-ailleurs-damien-corbet


    votre commentaire
  • Des Mains de femmes :

    Y'en a qui :

    Caresse-moi [Dimanche] :

    Reste :


    votre commentaire
  • Bonjour à toutes et tous !

     

    Avant tout, je tenais à vous remercier pour beaucoup leurs visites répétées sur ce site, il faut croire qu'il y a matière à plaire !

    En second lieu, je m'excuse pour le manque de nouveaux articles depuis quelques mois étant occupé sur un projet de roman posté (Du moins, un extrait) sur ce site.

    Par ailleurs, et concernant celui-ci, si jamais certains d'entre-vous souhaitent avoir d'avantage d'extraits ou de suivre de plus près l'avancée de ce roman, il vous est possible de me joindre par mail à l'adresse suivante pour plus d'informations :

    damienlechiquou@msn.com

     

     

    En vous remerciant.


    votre commentaire
  • Attention, vous êtes peut-être le 31000 ème visiteur ! ;)
     
     
     
     
    /!\ A ne pas manquer  /!\
    [ Revue Empreintes ]
     
     
    « Empreintes » est un chemin collectif, l'orée d'une écriture, les pieds qui le forgent marquent ici leur vigueur et tracent la route de leur jeunesse. Suivre, poursuivre. Atteindre des sentiers nouveaux, sortir de la forêt, mesurer notre peau à la chaleur des regards, à leur sécheresse, et parfois, leur froideur. Voilà notre ambition.

    Pour la plupart sans expérience éditoriale, sans expérience tout court, nous venons à vous presque nus, sans nom, quelques syllabes dans les poches, tout au plus quelques vers. Je conviens qu'il est audacieux d'afficher ainsi sa nudité, son inexpérience, certains pourrons même rire de notre audace ; mais dans un monde où la littérature est devenu business, où les jeunes auteurs sont boudés par l'édition (nos noms inconnus ne font pas encore recette), où la poésie est souvent moquée, au mieux, murmurée, une revue internet nous a semblé la meilleure option pour libérer nos voix du silence assourdissant. Les amplifier. Les diffuser.

    Certes, internet est un océan que remue la cacophonie, et perdus en son sein nous sommes tels ces naufragés qui lancent une bouteille à la mer. Et pourquoi pas ? Vous êtes ce navire qui nous délivrera du néant. Et pour cela, vous méritez nos plus sincères remerciements.

    En dépit de notre inexpérience en la matière, Empreintes se veut un projet sérieux, littéraire, découvreur de talents. Sans carcan que la qualité, nous porterons toujours notre exigence au plus haut, et jeunesse n'excusera jamais indécence littéraire. Une cohérence dans le choix des textes reste encore à trouver. La poésie servira de dénominateur commun, la poésie non comme genre mais comme rapport au monde. Elle nous fondra dans son moule indomptable, changeant, moqueur des formes et des règles du réel. Nous croyons que le monde est à déshabiller, à l'infini.

    Ces premières traces, ces premières mains qu'on appose contre la paroi de vos cœurs, nous les voulons tendres mais sans faiblesse. Prenez les, tournez les, vous y trouverez peut être l'éclat de votre propre jeunesse, une clé, un talent.

    Bien cordialement,
     
     
    N°1 de la Revue des jeunes auteurs  :
     
     
     
     

    Pour toute proposition de texte(s) pour les prochaines parutions de cette revue, veuillez, s'il vous plait, joindre vos textes à l'adresse suivante : damienlechiquou@msn.com
    en pensant bien entendu à nous faire par d'un court récit sur votre personne afin d'éviter tout vol de texte, etc.
     
     
     
     
     
     
      N'hésitez pas à aller faire un tour ici, il y a des personnes formidables : 
    Et dans la lancée...
     
    http://coeurdefunambule.e-monsite.com/
    http://danielpages.over-blog.com/ext/http://www.libertybook.fr/danielpages.html
    http://tapages.over-blog.fr/
    http://emiliecartier.canalblog.com/tag/Emilie%20Cartier
     
    Bonjour tout le monde et bienvenue.
     
     
     
    Avant toutes choses, je fais un grand clin d'oeil à tous mes lecteurs, à ceux qui suivent mon évolution et qui ne cessent de m'encourager, c'est à moi de vous dire merci !
    J'espère continuer à partager de bons moments avec vous, et continuer de vous faire voyager.
    Sur-ce, bonne lecture et à plus tard !
    .
     
    Voici le premier venu dans la famille :
    http://bouquinstinct.leforumbleu.net/emeutes_damien.htm
     
     
    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     

    (Le recueil est aussi téléchargeable en version PDF )

    Bonne lecture à tous et bonne visite.

    Cordialement,

    Damien Corbet.
     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique