• A l'ami rêveur

    A l’ami rêveur,



    Les villes sont mortes et délavées de l’homme
    Comme le souvenir d’un lier qui s’accroche
    Aux ruines des années.

    Alors le vent claque d’un air arrogant,
    Comme une clope qu’on assassine à coups de
    Clap clap
    Pour écraser le temps.

    Le soleil se rit de tout,
    Même du jaune,
    Qu’arbore son courroux.
    Et les tableaux tirent grise mine,
    Et les couleurs s’en vont d’un trait,
    Comme une corde pincée.

    Moi j’assassinerai le crépuscule,
    Puisque le rouge n’est plus grossier…
    Et même si le vent souffle,
    J’écouterai chanter,
    Les âmes des rêveurs dépassés.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :